A.S.E.P "Association Sirotière pour l'Entretien du Patrimoine"

Année 2001

Face à la détérioration de la Chapelle du Pont et à la valeur de nombreuses pièces ornant cette chapelle (vitraux, peintures sur cuir, toiles, chemin de croix, ex-voto ...) qui pour certaines nécessitent un entretien par des bénévoles du village, pour d'autres la restauration par des spécialistes, une nouvelle association présidée par Monsieur Nicolas et soutenue par la section "Tourisme, Animation et Culture" vient de se constituer. L'objectif de cette association est de recueillir les fonds nécessaires à la restauration de la chapelle du Pont.

 

 

Historique de la Chapelle du Pont :

 

Chapelle du Pont ou Pont de la Chapelle ? En fait, le pont de la chapelle fut construit au 3ème siècle sur une voie romaine qui ralliait Charency à Pont du Navoy pour traverser la rivière d'Ain. La chapelle fut construite sur un tertre à côté de ce pont (ancien champ de bataille ou ossuaire) à partir de 1492 en trois étapes (1 voûte en pierre, 2 voûtes en plâtre puis le porche en 1826).

La vierge fut apportée en 1809 par un ermite en provenance de Belgique (province de Brabant - Montaigu). De nombreux ex-votos garnissent la chapelle. Le chemin de croix fut béni en 1859 par le Curé de Charchilla. Les deux vitraux représentent le coeur douloureux de Marie (Vierge aux 7 douleurs). La chapelle servit d'église pendant l'incendie de Sirod et des pélerinages y furent organisés, notamment vers la fin de la seconde guerre mondiale, afin de récupérer les prisonniers, qui ne tardèrent pas à rentrer, d'où les nombreux ex-votos qui garnissent cette chapelle.

 

 

 
Patrimoine :
 
Vitrail de style comtois particulier à la région - "Le Coeur douloureux de la Vierge" - 1860
Station du chemin de croix, tableaux, ex-voto.
Autel avec peinture sur cuir.
Reliquaire à droite de l'autel
 

CHAPELLE NOTRE-DAME DU PONT à Sirod

 

•  Cet édifice doit son nom à la proximité du pont sur l'Ain. Ce pont romain (IIIe siècle) sur la ôroute du selô reliant Pont du Navoy à Charency, Pontarlier et la Suisse , sur la rive droite, fut longtemps le seul moyen de franchir l'Ain dans le Val de Sirod.

 

•  Lors des travaux d'agrandissement successifs, on a découvert de nombreux ossements humains. Champ de bataille ici-même ou tout proche, pour la défense du pont par les comtois contre les troupes françaises de Louis XI ?

 

•  Le 25 mars 14 82, Bernard de Chauvirey, Seigneur de Château-Vilain, dont dépendait le val de Sirod, fonde un petit oratoire qui ne comprend alors que le chťur de l'actuelle chapelle et qui est dédiée à Notre-Dame des sept douleurs.

 

•  Dunod écrit ôOn peut supposer qu'après les conclusions de la paix, les maisons de Joux, de Beauffemont et Chauvirey ont construit sur le théâtre de leurs dangers et de leurs pertes, cette chapelle expiatoire.

 

•  On peut observer dans cette chapelle, de nombreux éléments qui confirment cette dédicace à Notre-Dame des sept douleurs : - sur l'antependium ; au pied de l'autel, une magnifique peinture sur cuir. - Sur le tableau du retable. - Sur la statue polychrome du haut relief. - sur les deux vitraux (1860) figurant le cťur douloureux de Marie. Ces vitraux caractéristiques du style comtois ont été restaurés en 2002-2003.

 

•  Le 23 octobre 16 39 : Thomas Eugène de Watteville Seigneur de Château-Vilain fait donation à l'oratoire d'une statue de la Vierge , sculptée dans le bois du chêne miraculeux de Montaigu (Brabant belge). Cette statue, renfermée dans un reliquaire en argent ciselé se trouve actuellement pour raison de sécurité) dans le trésor de l'église de Sirod. En grande vénération dans la paroisse et bien au-delà, la statue généra des pélerinages (le 15 août). On a là, une explication à l'agrandissement de l'oratoire (2eme voûte)

 

•  Un autre agrandissement est réalisé vers 1775-1785 alors que cet édifice sert d'église paroissiale, durant les réparations de l'église de Siros endommagée par un incendie. Viendront ensuite le porche (1826) la tribune et le clocher (1836) avec la cloche ôMarieô(1857).

 

•  Cette chapelle a été totalement restaurée entre 2002 et 2006 par des bénévoles d'associations locales (ASEP et TAC) avec un important soutien de la municipalité. Elle a été électrifiée en 2007 par ces associations.

 

•  Outre les éléments déjà signalés (iconographie de l'autel ; vitraux ) on ne manquera pas d'admirer aussi - La grille en fer ( 217 kg ) réalisée en 1844. ľ La jolie fresque au-dessus de la table d'autel - les nombreux ôex-votoô, preuve d'un indéfectible attachement de la population locale à Notre-Dame du Pont. - Un tableau (XXe siècle) de Charles Borromée. - 2 tableaux de l'école flamande : - la sainte famille ľ la vierge en servante chez Elisabeth.

 

•  Certains objets, dont un reliquaire en argent de Notre-Dame du Pont, se trouvent dans une chapelle de l'église paroissiale.

 

 

Membres du bureau : ( de 2001 à 2010).

Membres :

Nouveau bureau : (depuis 2010).

Contacts :

De nombreux travaux sont prévus à l'Eglise, et il faut continuer d'entretenir la chapelle, alors si vous désirez participer à la restauration du patrimoine de Sirod par des dons d'argent (déductibles à 50% de vos impôts) nous vous remercions et vous pouvez contacter :

Monsieur Jacques Burlet- ASEP - Mairie 39300 Sirod Tél : 03 84 51 00

Monsieur Guy Fumey - Section Tourisme Animation et Culture- Tél : 03 84 51 80 06 .