CURIOSITES :

Par sa situation géographique, Sirod présente des spécificités, notamment la Percée, les gorges et Pertes de l'Ain, la Champignonière et Les Commères.

La Percée :

Pour pénétrer sur le territoire de Sirod, il faut traverser le tunnel ouvert sous la montagne, dit de Chauffaud, du nom de cette montagne dans laquelle il a été percé en 1847 sur une longueur de 134 m. Ce tunnel appelé plus couramment "La Percée" est vouté en forme de berceau et la voûte est taillée dans le roc vif.

Les gorges et Pertes de l'Ain :

Sirod est traversé par l'Ain qui prend sa source dans une commune voisine CONTE. La cascade de l'Ain, qui est entre Sirod et Bourg de Sirod est l'une des plus belles du Jura. En cet endroit, la rivière s'est creusée un lit profond et très étroit à ciel ouvert sur une longueur d'environ 100 m. Les eaux ayant corrodé les rochers qui leur servaient de barrière, ont entrainé leur chute et ont du se frayer sous ces masses énormes un nouveau lit. Après un parcours souterrain de 100 m, elles reparaissent bouillonnantes et blanches d'écume, et se précipitent d'une grande hauteur en formant une belle cascade au pied de laquelle étaient les usines de Bourg de Sirod.

 

Les lieux-dits "Le Moulin" et "La papeterie" témoignent des activités humaines émanant de l'exploitation de la force de l'eau. "La papeterie" située sur la rive gauche de l'Ain était une fabrication de papier et de carton. Cette usine a été supprimée en 1840 et remplacée en 1853 par un moulin qui se trouvait un peu plus bas. Mais aujourd'hui à cet emplacement s'élève le bâtiment du centre-est : il alimente une soixantaine de communes en eau potable depuis sa mise en service le 15 juillet 1962.

 

La Champignonière :

La Champignonière, tunnel situé au lieu-dit "Le moulin" rappelle le passage du tram. Sirod était en effet le point de bifurcation des trains venant de Champagnole. Ces trains se dirigeaient soit sur Boujailles, soit sur Foncine. La commune était alors une sous station électrique et possédait sa gare (proche du stade).

La Champignonière a marqué la mémoire de nombreux sirotiers qui étaient venus au rendez-vous soit disant donné par les extra-terrestres ... Ceux-ci ayant finalement posé un lapin (août 1980).

Les Commères :

Il y eut autrefois 3 commères, 3 blocs de rochers qui s'élevaient à pic contre le flanc sud est de la montagne de Chauffaud, que couronnent les ruines de Château-Vilain. Aujourd'hui, il n'en reste plus qu'une. Les blocs parfaitement isolés pouvaient laisser croire qu'ils avaient été élevés par l'homme ou taillés par le ciseau. Quoique de dimensions différentes, ils ressemblaient à d'énormes statues de femmes coiffées de chapeaux. Ces blocs de pierre ont alimenté une légende dont il y a deux versions :